Vous l'avez compris (c'est fou ce que vous comprenez vite), nous sommes en train d'établir une version fruste d'analyse du réel. Nous avons des données, que nous obtenons par la mesure. Nous pouvons les analyser, et essayer de les prédire. Pour cela, nous avons besoin d'hypothèses, que nous testerons. Toutes ne sont pas testables, ce qui n'implique nullement qu'elles soient fausses (ou vraies). Elles seront simplement hors de portée de l'analyse (en revanche, elles pourront servir à établir des prédictions).

La crudité de notre gnomon ne doit pas nous arrêter. Une suite binaire de chiffres, nous le savons de nos jours mieux que jamais, peut contenir tout ce que l'on voudra. La Cinquième Symphonie de Beethoven, le dernier film de Spike Lee, un épisode de Lost ou l'Encyclopédie et, pourquoi le taire[1] ? le réel lui-même. Chercher à comprendre ce que le gnomon nous livre sera donc notre équivalent métaphorique de la Quête du Savoir Absolu de l'Humanité[2].

Notes

[1] "Ce dont on ne peut parler", etc.

[2] Pour une discussion complète de la QSAH, voir « QSAH, tu accompagnes ma vie ».